Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 18:54
Autant il y a des jours où je ferais mieux de rester couchée couette par-dessus tête, autant il y en a d'autres où je me réjouis d'avoir sauté du lit à pieds joints !


C'est le cas en ce Mercredi ensoleillé bien que frais, j'ai le Mercure au top ...ah ah ah : la culture, c'est comme la confiture : moins on en a, plus on l'étale... tant que ça dégouline pas par les trous de la Tartine  (Y en a qui comprendront la boutade, désolée de ne pas pouvoir expliquer).

Donc, déjà, j'allume l'ordi avant de préparer mon ptit-dèj' et le temps d'enfourner ma mixture dans le micro-ondes, je découvre des messages sympas... Surtout celui de ma Mini-Bec qui a reçu une photo de moi et qui me trouve "canon". C'est pas gentil, ça ? Surtout venant d'une petite beauté de 19 ans...

Puis je suis partie pour confier ma tignasse à ma nouvelle coiffeuse qui cette fois a fait exactement kes keu'j'voulais .. Impec ' !
Suis sortie toute contente avec mon nouveau look capillaire bien lissé qui, hélas, ne durera pas longtemps : ça bouillonne trop sous le chapeau, ça ne va pas tarder à refrisoter...

11H 1/4...C'est bon... J'ai le temps de me taper une petite trotte jusqu'à l'agence ANPE : je balisais de ne pas avoir été convoquée depuis le 31 juillet. Vu que le courrier met 10 jours à me parvenir en ce moment, je craignais le pire...
La dame de l'accueil me rassure : c'est normal et mon prochain RV sera vers le 10 octobre.
Et là, la super bonne nouvelle du mois : grâce à mes séjours professionnels organisés par VEDIORBIS, mes droits sont reportés jusqu'au 14 août 2009 ! YOUPI ! J'ai un peu de mal avec leur système de calcul et je ne m'y attendais pas à celle-là ... Trop bien !

De quoi recharger mes batteries pour monter à l'assaut "jobesque". Ah ! Je suis en forme ! Je sens que je vais faire exploser mon stylo-plume et que mon bloc de papier à lettre va en prendre un coup... Hi hi...

Tous les bonheurs ne pouvant pas arriver d'un coup, j'ai une tite cata maison : ma lunette de WC est carrément pétée ! Faut que je fasse gaffe à ne pas me casser la binette en attendant de la remplacer... Je m'occuperai de ça ce ouikaine avec MAC qui pointe son petit bout de nez pour 3 jours.

Bon... Ce n'est pas ce que je voulais raconter aujourd'hui, mais tant pis... C'est parti mon kiki.
Le reste attendra bien un peu. Demain ? Déjà Jeudi ?!? Oups : ça file ! Va falloir que je me bouge un peu le popotin en sortant de la mare sans faire coin-coin... Chuis pas un canard et tant mieux : pas envie de finir à la casserole (quoi que...ça dépend du genre de casserole)












Partager cet article
Repost0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 18:04

Ce train-train, c'est celui du week-end pour aller rejoindre  mes amis que je n'ai pas vus depuis un sacré bout de temps. Suis heureuse comme tout rien qu'à l'idée de les retrouver !

Pour une fois, je ne suis pas arrivée à la gare 1H à l'avance : j'avais mes billets depuis quelques jours déjà.
Je me plante au bout du quai, là où il y a le moins de monde et je me perds dans des pensées fort agréables.

Et devinez quoi ? : 3 nanas sont venues presque sur mes pieds !
J'ai supposé qu'elles prenaient ce train tous les jours pour aller bosser et que c'était leur bout de trottoir attitré (si je puis dire) et que j'empiétais sur leur emplacement.
Donc, je dégage de là pour aller me poster quelques mètres plus loin mais les voilà qui me suivent et me rejoignent ! Tout juste si elles n'ont pas marché sur mon sac !
J'y crois pas ! ... Bon, leur conversation est marrante, alors du coup, je ne bouge plus.

Mais je me dis qu'il y en a qui sont tellement habitués à leur HLM qu'ils ne peuvent pas s'empêcher de s'agglutiner comme des essaims de guêpes... ça me tue !

Je m'installe dans le Corail... Tranquille, près de la vitre, mon sac sur le siège d'à côté. Y a pas foule. Je prends mon bouquin et.... et.... Et Merdum ! Fallait que ça tombe sur moi !
Un vieux à l'allure plus que douteuse me demande s'il peut se mettre près de moi.
Je tire une tronche de 6 pieds de long mais je pousse mes affaires. Il s'assied et commence à faire causette. Vlà aut' chôz !
Lui : "ça ne vous dérange pas ?
Moi (odieuse comme je sais si bien faire) : Si vous ne m'embêtez pas, non
Lui : je ne vais pas vous embêter".

Le train n'a pas encore démarré et je viens de me plonger dans mon bouquin rigolo, mais l'affreux vieux continue de jacasser. La moutarde me monte au nez...
Il me dit :"Vous auriez préféré rester toute seule ?"
Oh la belle perche ! Je la saisis illico : "OUI, regardez, il y a de la place, là-bas !"

Il n'a pas demandé son reste, il a déguerpi ! OUF !

Les autres passagers n'ont pas perdu une miette de la scène et se bidonnent, surtout les 2 tits zamoureux de l'autre côté du couloir quand je leur ai mimé que le vieux pot de colle puait !


J'ai l'impression d'être une proie facile pour ce genre de zigoto....

Une fois, c'était juste après Noël et je partais retrouver ma famille pour fêter le Nouvel An. A la gare d'Abbeville, une nana plutôt jeune me met le grappin dessus et entreprend de me raconter son réveillon (repas - cadeaux)... Zola, à côté, c'est un joyeux conte de fées !... C'est fou comme 35 mn ça peut être long...
Bon... Elle n'avait pas tout bien rangé dans son petit grenier perso alors j'ai souffert en silence.



Suite de ce même voyage : Je patiente gentiment en attendant ma correspondance pour Rouen et hop, on remet le couvert !
C'est un type qui m'aborde. Le "maquereau" dans toute sa splendeur et j'imagine que c'était en effet ce genre de poisson...
Ma Gracieuseté a encore frappé d'un coup d'oeil assassin. J'ai tourné les talons et il m'a fichu la paix... Nan mais des fois ! Il a peut-être fantasmé sur mon air respectable, ce con....

Pour en revenir à ce WE, le voyage retour s'est avéré plus reposant : c'est une petite jeune fille bien sage qui est venue se poser sur mon siège voisin... OUF !
















Partager cet article
Repost0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 18:23

Bien gentil de me réserver de longs week-ends mais il faut que je retourne au charbon maintenant !


J'ai passé la matinée sur l'ordi pour écumer un secteur assez large : Amiens, Le Havre, Rouen , Caen...Les offres pour assistante commerciale bilingue ne se bousculent pas au portillon, c'est le moins qu'on puisse dire...
"Ils" ne savent pas ce qu'ils perdent à ne rien me proposer toute modestie mise à part. Hi hi hi... 2 candidatures envoyées quand même : les affaires reprennent (???).

Mine de rien, c'est un chantier de grande envergure qui m'attend là... J'ai déjà eu de longues périodes d'entraînement intensif, je sais de quoi je parle.... J'ai à nouveau affûté mes stylos, mes doigts et retroussé mes manches du haut et du bas pour monter à l'assaut. C'est reparti pour un tour !


Ma mère met des cierges à Ste RITA (patronne des causes perdues) mais elle ferait mieux d'en mettre à St Antoine de Padoue... La Ri(qui)ta à force de faire "la fleur de java", elle a oublié son job de sainte... C'est ki ki dit que je mélange tout ?

Moi, je suis une dingue des photophores : j'en ai partout mais ça n'a rien de catholique ni de boudhiste... Que pour l'ambiance genre "fais du feu dans la cheminée"... Ouais, bon, j'en connais qui vont rigoler.. Eh, les filles, envoyez-moi les pompiers du calendrier, sinon...
Rien...

Je m'égare carrément.

Revenons à nos moutons ,justement, les prés-salés de la Baie de Somme. Bêêê..

En parlant de chantier, ce matin, en parallèle, j'en ai attaqué un dans ma cuisine : dégivrage du petit congèl'.
Dimanche soir, j'ai rebranché le plus grand que je n'utilise plus depuis que mon Titi n'est plus là pour le vider en moins de temps qu'il ne faut pour le remplir.

Méchant sport ! Faut que je me mette à plat ventre sur la plaque de cuisson pour réussir à choper la multiprise posée au sol, derrière !
D'abord, je tire un peu le placard sur lequel se trouve cette foutue plaque et je dois m'y reprendre à 2 ou 3 fois avant de trouver la bonne position en balançant mes pattes de derrière pour l'élan : faut faire vite à saisir le fil  et remonter le bazar sans débrancher le frigo et la lampe au-dessus de la plaque en question.

Vous ne visualisez pas la scène ? Normal, mais moi, je peux vous dire que ce n'est pas du gâteau...

Acrobatie réussie du 1er coup! Youpi !

Mon régime a fait fondre mes muscles en même temps que mon gras, mais j'ai gardé un peu de souplesse.

Heureusement parce que si j'étais restée coincée là-dessus, j'aurais eu bonne mine !  J'en rigole rien que d'imaginer le tableau !

Bref, j'ai extirpé assez de glace pour transformer l'évier en patinoire pour lilliputiens, c'est dire l'état d'urgence pour cette opération à congèl' ouvert !

Allez ! Il fait beau... je pars prendre l'air.. L'air de quoi, je ne sais pas mais je dois plaire : 2 beaux Hollandais  - 50aine à vue d'hypermétrope - me demandent leur chemin et m'invitent à prendre un pot. Va-z-y BigBec... Ils sont trop choux...
OK.. Ils sont surtout très choux entre eux mais j'ai bien aimé cette brève rencontre.
Un Perrier-citron plus tard, je suis de retour dans mon antre, bien contente de mon après-midi






Partager cet article
Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 12:25

C'est ça ! fais le malin...


Bon ben voilà ... C'est toujours comme ça ! J'ai une journée chargée qui m'attend et mon ordi me fait un caprice !
J'ai accepté une mise à jour, chose que je fais régulièrement sans le moindre souci, mais là, Môssieu s'est arrêté, comme ça, sans tambours ni trompettes !
Pas moyen de le redémarrer ! Il m'a proposé plusieurs solutions que j'ai toutes essayées.  Heureusement, pour une fois, il me parle en Français... Pour ce que ça change...Que dalle !

Je me décide à appeler le service technique. Après une éternité de conversation avec un répondeur, une greluche m'envoie sur un autre numéro.
Bon... Allons-z-y...un répondeur sur lequel je tape "1" parce que mon engin n'est plus sous garantie, me conseille de contacter le site WEB de HP et me raccroche au nez. S.U.P.E.R ! En général, si on est en panne, on ne peut plus utiliser l'ordi, non ?
"Si vous n'avez besoin de rien, contactez-nous". Merci, M'sieurs-dames.

Dans le plus fort de la colère, je vais me doucher : ça va me calmer les nerfs.

Je reviens voir si le bazar a fini sa crise de delirium... Forcément non. C'est alors que miraculeusement une tite ampoule s'allume au-dessus de ma tête et que j'entreprends une restauration.

Eurêka ! ça rame un peu mais ça marche !

Et vlan ! Il me refait une entourloupe. Fermeture de WINDOWS qui n'en finit pas. Nan mais j'y crois pas ! Il va me lâcher les baskets, oui ou zut ?
J'éteins tout, je rallume et enfin la voie est libre. Je suis enfin chez moi.
Pas trop tôt.

J'avais du courrier en retard. C'est bon, tout est OK. Mais ça m'a bouffé toute la matinée, du coup.

J'ai plein de choses à faire parce que je pars en WE demain et que je suis un peu décalée dans mon timing, pour ne pas dire carrément à la bourre....

Opération n°1  : aller voir en ville si j'y suis
Opération n°2 : préparer le sac
Opération n°3 : prévenir ma mère pour qu'elle n'appelle pas la police si elle ne me trouve pas chez moi

 Et puis, et puis.... des bricoles, quoi...





Partager cet article
Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 20:38
Cet après-midi en ville, il y avait un mariage..
Pas grand monde et surtout pas de badauds sur la place.
Bizarre... tristounet... Sûrement des commerçants..

J'ai assisté à un comme ça... Le pire mariage auquel j'ai été invitée !
ça se passait un Lundi. Cérémonie rapide à l'église histoire de faire plaisir à la famille, vin d'honneur expédié et dîner vers 20H. De ce côté-là, la Grande Classe question décor et repas. Un chouïa de danse et d'amusement et hop ! à 1H du matin, tout le monde était parti pour raison de RUNGIS le Mardi matin.

La mariée pleurait et même si c'était ma belle-soeur que je ne portais pas trop dans mon coeur vu les vacheries qu'elle m'avait fait endurer, j'avais mal pour elle.


Puis il y a eu celui de Marie-José... Mon adorable et jolie petite collègue espagnole qui prétendait que l' Espagnol était sa langue maternelle ET paternelle (sic). Elle épousait un polonais donc c'est pour dire que tout allait joyeusement bien jusqu'à ce que l'orage nous prive d'électricité pendant plus d'une heure malgré le très joli cadre dans un parc où se baladaient des biches et autres merveilles de la nature pour la plus grande joie des petits qui se trouvaient là.
D'ailleurs, ces petits (dont le mien) étant épuisés, nous les avons un peu empilés pour qu'ils roupillent dans un coin de la vaste salle, la nuit aidant.

La lumière rendue, nous avons eu droit à un repas réchauffé mais qui n'a empêché personne de garder l'enthousiasme de la fête... Mais à force de papotage et de picolage dans le noir en attendant le retour du dieu électricité, je n'étais pas bien fraîche en sortant de là....
Mais c'est un bon souvenir. Pas le fait de ne pas être fraîche !... Le reste !


Puis il y a eu le mariage de ma chef de l'époque... Je pourrais même dire "d'époque" vu que c'était une aristo. ça se passait à Fontainebleau.
Malgré tout le mal que je pense de la chasse à courre, j'avoue avoir été émue autant par la beauté d'Agnès que par les "concerts" de cor de chasse ! C'était très impressionnant.

Puis il y a eu le mariage de ma soeurette Laurence. C'est ma toute petite soeur de coeur pour plein de raisons. Toute belle qu'elle était ma Lolo avec son Bichon tout beau, lui aussi.
Une joyeuse fête campagnarde de 2 jours dans le style pur réjouissance.

J'étais partie avec une copine commune avec laquelle j'ai partagé une chanson pour les mariés... Sorte de défi organisé par le frère de Lolo... Donc, j'ai gribouillé vite-fait une impro sur un bout de papier et Val et moi avons fait un tabac !
Val et moi avons aussi partagé un grand lit dans un hôtel des plus rustiques mais bien sympa. On a bien rigolé !

Et au retour, après cette 2ème journée trépidante, nous étions si fatiguées que pour que Valérie ne s'endorme pas au volant, nous avons chanté tout au long de la route (250 km) notre répertoire RécréA2, colo et tout le bazar...

Puis il y a eu celui de Fifille qui avait l'air d'une princesse tellement elle était belle surtout quand elle a interprété d'une voix merveilleuse la chanson que lui avait écrite son chéri de mari...
Et quand elle s'est mise à la basse pour jouer avec son groupe, ça faisait tellement anachronique.... Trop drôle !
Joli moment que cette fête ! J'ai tellement dansé que j'en avais les pieds en feu et que j'ai dû ouvrir la fenêtre pendant que je me douchais.
Nous étions en février et il avait beaucoup neigé encore la veille. mais nous avons eu un temps magnifiquement ensoleillé le Samedi et le Dimanche jusqu'à ce qu'il se remette à neiger le Lundi...
Le photographe s'est régalé !


Et ce Samedi, en me baladant en ville, j'ai vu ce superbe cortège devant la mairie.
Un mariage à la "Maupassant"...
Attelage de 4 chevaux pour les mariés et 6 enfants d'honneur qui semblaient fort heureux de se trouver là à faire l'admiration de tous.


J'ai apprécié le spectacle !
ça a créé un beau bouchon en ville mais il n'y en a eu qu'un pour klaxonner d'impatience : un parigot, comme par hasard !  Désolée de le dire....





Partager cet article
Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 20:02

Ah mais c'est la célèbre bradreie de Lille ce week-end...  2 jours de fiesta dans les rues : braderie classique, braderie de luxe, antiquaires, vide-grenier et même les dernières soldes d'été.
Et la fameuse dégustation "moules-frites". C'est la bagarre entre les restaurateurs : à savoir celui qui aura le plus gros tas de coquilles vides !

ça va sentir bon Dimanche soir !


Je suis passée une fois à Lille, il y a 2 ou 3 ans... Pour le peu que j'en ai vu, ça m'a l'air d'une bien belle ville.

Comment étais-je arrivée là ?

Ma copine Ban' m'avait embarquée pour une expédition en Belgique avec Clochette, pour aller faire provision de plantes à MENEN où se trouvent deux immenses jardineries.

Cafouillage d'itinéraire après le passage de la frontière... On est en rase campagne, personne en vue, pas une pancarte, chaussée défoncée, tout bien quoi !
Et Clochette qui a une envie de pipi qui ne tiendrait pas dans un bock hurle à chaque soubresaut de la voiture !
Je lui propose une poubelle sur le bord de la route, mais Mademoiselle fait sa difficile...

Ah ! Enfin une route digne de ce nom... Zut ! Les pancartes sont en Flamand... Bon... Tant bien que mal, nous arrivons chez FOURNIER où Clo se propulse au petit coin sous nos moqueries.

Si on pensait à se restaurer ? Tout est fermé ! On finit par trouver une gargote qui nous sert des machins qui baignent dans le gras mais il commençait à se faire tard et quand on a faim....

Puis nous nous traînons derrière une sorte de corso fleuri pendant 2 ou 3 km... Surtout que les chars s'arrêtent souvent pour que les types qui sont dessus puissent descendre expulser leur trop-plein de bière. Ils ont l'air particulièrement joyeux... Ban' les klaxonne, Cochette les siffle et moi je me contente de me bidonner de leurs gamineries.

Nous faisons nos petites emplettes dans cette deuxième jardinerie et nous amorçons le retour.

Seulement, les filles veulent passer par Lille pour trouver un bar avec écran géant pour y voir le match de rugby du siècle... Quand faut y aller, faut y aller, hein... J'ai pas le choix.
Ban' gare la voiture et nous voilà arpentant les rues sous la pluie avant d'aller poser nos postérieurs sur la banquette du bistrot de leurs rêves.

Le match se termine. Les poulettes sont toute excitées de la victoire de leur équipe favorite et on peut repartir.
Mais où est donc cette foutue voiture ? Il pleut toujours et il fait nuit. Nous avons mis environ 3/4 d'heure pour la retrouver, partagées entre rire et énervement !
Heureusement la ville est bien illuminée, elle est belle, ça console....

Au détour d'une rue : CHOUPETTE ! Elle est là qui nous attend bien sagement, la pauvre petite !

Engouffrement immédiat dans l'auto et c'est parti mon kiki !
OUF.....
Partager cet article
Repost0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 21:10

Bon, d'accord, celui-là, il doit dater de l'époque du téléphone à manivelle, mais c'est un modèle un peu plus ancien que ce Cerbère qui monte la garde chaque matin devant la montée de la marche pour surveiller ma courbe de poids..


Ma phase "régime" est en train ce stagner et ça m'énerve grave ! Mes 2 derniers kilos n'en finissent pas de me lâcher la ceinture. Je ne dis pas "baskets" parce que même mes pieds ont fondu ! Quand je perds, c'est de partout sauf le bide  malgré un peu de gym maison.

Et puis j'ai remarqué que les jours où je ne sors pas, la balance me nargue de 500 grammes de plus le lendemain. Alors je me suis trouvé une activité un peu remuante : vider la baraque !

Un F4 en duplex, c'est bien beau, mais plus c'est grand plus on accumule. J'ai déjà (en partie) réglé le sort du cellier du rez-de-chaussée et celui de mes armoires, mais il me reste un tas de trucs à débroussailler à l'étage.

La chambre de mon fils : il y a un grand cagibi attenant qui lui servait d'atelier mais que j'ai envahi depuis son départ. J'y ai entassé un tas de choses dont les cartons même pas dépliés des dernières choses que j'ai achetées depuis au moins 3 ans : ordi, magnéto, lecteur DVD et j'en passe... Avec les bazars de protection au cas où j'aurais à déménager. Sauf que je suis toujours là...

Et dans ma frénésie de rangement, j'ai retrouvé un objet que mes parents cherchaient partout mais qu'ils m'avaient donné : une table pour poser un projecteur de diapos ou de films super 8.. Muets, évidemmment !

Même moi je trouve ça désuet (et charmant) mais je me régale à l'idée que s'en feront mes petits-neveux dont le plus vieux a 8 ans si un jour on leur montre ça. Déjà que quand ils voient un appareil photo bien sophistiqué mais "à l'ancienne", ils ne comprennent pas le plaisir qu'on pouvait y trouver. Ils cherchent toujours à regarder sur l'écran qui n'existe pas...

Coup de vieux : j'arrive à peine à m'habituer à ne pas coller mon oeil sur le touillou vu qu'il n'y en a pas... Si, si : ça vient ! Sauf que je ne suis pas foutue de mettre mes clichés sur l'ordi... Bécassine en plein vol, quoi !

Mais admirer mon Titi en Super8 avec ses tits pansements sur les genoux et jouer avec ses super circuits voitures chez Papi-Mamie, voir Fifille faire la majorette avec mon père et tout et tout, on s'en fiche pas mal de ne pas avoir le son ! C'est trop mignon...

Et voir ma mère assise sur un siège pliant à, ras de terre et que ma nièce qui avait alors 2 ans à peine et à qui j'avais appris les bonnes manières a clamé :" Mamie abaisse le capot, on voit le moteu' " (elle ne pronçait pas les "R".)
Même sans le son, je me souviens de la scène et je ne raconte pas la tête de la reine-mère...  A mourir de rire !

Aujourd'hui, madame Fifille est devenue une grande personne bien raisonnable et bien polie mais si j'en faisais autant à ses enfants, on la foutrait en prison pour "tanticide". Hi hi hi...

Ceci dit, ce n'est pas une chochotte ! Chuis un peu bourrique mais elle, c'est la dame qui murmure à l'oreille des chevaux et même à celle des bourriques comme moi !









Partager cet article
Repost0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 20:21

Ah ben elle est bien bonne, celle-là !
Pt'it courrier sympa du 1er du mois parachuté dans ma boîte à lettre = échéance loyer.
Jusque là, rien d'anormal sauf qu'on me hold-upise encore les 30 € pour un emplacement de parking en sous-sol que j'ai rendu le 30 juin.

Comme je suis en prélèvement mensuel, je ne m'attarde pas trop sur le truc, excepté en janvier quand le montant nous joue un tit coup d'accélérateur et en octobre pour la régul des charges.

Début juillet, un affreux doute s'empare de ma pauvre cervelle et je me décide à glisser mes yeux sur la partie basse du document... Ah les vaches ! M'ont pompé les 30 € ! Je me révolutionne un tantinet, j'arrête d'énerver mes pauvres nerfs et j'appelle pour expliquer bien poliment mon problème. "OK, madame, on va régler ça".

Et aujourd'hui, qu'est-ce qui me saute en plein dans mes yeux bleus ? Non seulement pas de régul, mais nouvelle ponction !
Là, ça va barder ! (et encore.... cet espace blogoriphique convivial ne me permet pas de transcrire ma rage en termes aussi crus qu'en vrai).

Le 08 (etc) n'étant pas dispo, la soupe-au-lait a le temps de refroidir et c'est bien gentiment que je vais demander réparation un peu plus tard..

Je joue ma malheureuse et non je n'aurai pas à attendre l'échéance prochaine : on va m'envoyer les pépètes avant.. En fait, je m'en fiche un peu mais c'est pour le principe.

L'an passé nous avons eu de gros soucis dans le quartier au sujet des charges "espaces verts". La Sté HLM avait renoncé provisoirement aux prélèvements (je n'avais rien demandé). et au risque de payer 2 fois, j'ai attendu la fin de l'épisode. Et ben ils m'ont menacée d'huissier !
Là, je peux avouer que leurs murs on tremblé au son de ma douce voix enragée !... ça s'est très vite arrangé...

Suis pas une enquiquineuse, mais faut pas qu'on me chauffe.

Depuis 12 ans que je suis ici, c'est seulement la 3ème fois que je suis amenée à me manifester.

La 2ème, c'était pour l'arbre.
Qu'ils mettent de la verdure c'est bien agréable à l'oeil, mais qu'ils vous plantent un arbre qui pousse à vitesse Grand V sous les fenêtres, c'est débile.

Donc une année, cet arbre que je trouvais bien mignon en arrivant a tellement poussé qu'il venait me reluquer par la porte-fenêtre de mon 2ème étage.
Une circulaire HLM venait de nous assommer d'un tas de recommandations pour économier l'énergie (eau, EDF et tout le toutim). Nous étions début juin....

Balle au bond, Bigbec s'en empare illico.
Je leur tortille une aimable (oui oui : aimable) bafouille dans laquelle je précise que l'arbre, non content de me boucher la vue sur le square que les impôts locaux ne manquent pas de me taxer, m'oblige à allumer plus tôt que prévu chez  moi. Sans compter les saletés de bestioles qu'il m'amène....
Et avant la formule de politesse, je termine en ces termes : "bref, auprès de mon arbre, je ne vis pas heureuse".

J'ai dû tomber sur un(e) fan de Brassens, parce qu'en revenant de vacances, la voiture de mes cousins ayant tourné le coin de la rue, je m'extasie : "Regardez ce que je ne vois plus !".
Nous sommes à la mi-août (c'est  tellement plus romantique)  et l'arbre a disparu !

Comme quoi quand c'est demandé gentiment....

Partager cet article
Repost0
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 14:11

Que tous les batraciens de la Vanoise me pardonnent...."Âmes sensibles s'abstenir" (comme dirait Fifille)


J'ai 14 ans et déjà un gentil petit caractère bien trempé (au propre comme au figuré, on va le voir).

Je suis en colo d'été à Courchevel.  5 ans que je me refusais à ce genre de vacances à cause d'un sale mauvais souvenir à Veules-les-Roses en Normandie.
Et là...La révélation : une colo de 50 pré-ados venant de Lyon, Albertville, Barentin... Le bonheur.

Bref.

Un jour, le directeur a organisé une rando de 2 jours pour 3 équipes. Un bon groupe bien soudé dans la rigolade-party.

Je crapahute gaiement dans les pas du mono dont je suis raide dingue amoureuse. Même que je chasse les taons qui viennent s'accrocher à ses chaussettes rouges.
Puis nous arrivons à destination.
Il s'agit d'une vieille grange installée dans une vallée où passe un joyeux torrent bien pur.

La veillée autour du feu, guitare de Jean-François qui nous initie à Graeme Allwright (cool ! - toujours fan...) et tout le rituel folklo de circonstance... Puis on s'engouffre en une belle pagaille dans nos duvets... La nuit sera belle ! Mi-plein air, mi-abri...

Lendemain matin : P'tit-dèj. Pendant que les 3 monos se décarcassent à tout préparer, tous les colons s'éparpillent aux alentours, direction torrent.

Il fait beau et déjà chaud. La tentation est trop forte : entre filles et garçons, commence une belle bataille à la flotte. JF, Annie et Noël sont bien trop débordés pour nous en empêcher...

Et soudain, que voyons-nous ? De belles grenouilles bien dodues... Les plus téméraires, dont je fais partie, en attrapent pour le "sport" avant de les relâcher, bien sûr ! On n'a pas idée que ça peut les stresser ces petites princesses ou princes charmant(e)s  à bécoter.... Que des gamins et la planète n'est pas encore en état d'alerte...

Mais Patrice , un superbe petit savoyard de 12 ans, se met en tête de faire hurler les filles les moins dégourdies en leur balançant les bestioles. Horriblement cruel (pour les grenouilles).

Sa soeur Paulette (ma meilleure copine) et moi complotons une vengeance, mais ne nous voyons pas bien quoi...

Bon ! les breuvages matinaux sont prêts. Les monos rassemblent leurs troupes pour distribuer les calories en vue du trajet retour.
J'avale mon truc vite fait et je vois notre cher petit Patrice, bol à la main, qui continue de narguer ses victimes.

D'un seul coup d'un seul, je file vers le torrent et sautant à 2 pieds dedans, je récupère une jolie tite grenouille... que je jette dans son bol de café au lait !
Impro totale ! Mais le petit tortionnaire est un chouïa vexé ! Il a forcément jeté le bébé avec l'eau du bain contenu de son bol et la bestiole s'en est retournée saine et sauve dans son habitat naturel.... Cette séance a mis fin à la torture des trucs à cuisses (à l'époque, je ne savais pas que ça pouvait se manger... Hi hi hi).


Jean-François ne m'a pas fait que des compliments mais j'ai bien vu qu'il rigolait ! En fait, il était plutôt ravi... Son "Nounours" avait encore fait des siennes ! (surnom dérivé de mon prénom ... j'étais du genre haricot vert extra-fin)

BUVONS ENCORE UNE DERNIERE FOIS A L'AMITIE, L'AMOUR,  LA JOIE Bisous à Jean-François, Annie, Noël, Paulette, Patrice, Marc, Sylvie et les autres....



PS : Depuis, Courchevel et ses environs se sont "friquement affreusifiés" mais mes 14 ans restent intacts. Même mes 15 ans puisque j'y suis retournée l'année suivante et là, la montagne commençait déjà à être massacrée. Mais mes heureux souvenirs y sont restés accrochés !

Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 11:37

Hier soir, j'ai vu un film (TANGO) où Richard Borhinger pilote un coucou en rase-mottes parce que soi-disant il a le vertige


Et ça m'a rappelé le jour où une super copine m'a emmenée à GRANVILLE (MANCHE).
Journée mémorable !

Déjà, Madeleine est venue me récupérer chez moi à Argenteuil et a foncé à tombeau ouvert vers l'aérodrome de Pontoise. Slalom entre les voitures : je m'accroche de mon mieux en serrant les fesses de toutes mes forces. Malgré la fraîcheur matinale, je transgoutte !

Elle gère sa vieille bagnole comme une voiture de course... "Non non, tu peux avoir confiance, mon frère est mécano et elle tourne comme une jeune fille"... Ouais ben comme référence, y a mieux !... Bref....

Ce premier épisode se termine non dans un big OUF !!!

Rencontre avec Jean. 70 ans, ex-pilote de chasse et le plus chevronné de l'aéroclub.
Madeleine aussi est fiable dans les airs. En 1996, elle est une des 7 femmes françaises à avoir son brevet de vol de nuit (en plus de celui de jour, bien sûr !)
Puis il y a aussi la gentille petite Claire qui vient juste d'avoir son brevet  (détail important pour la suite).

Après moultes vérifs, Jean s'installe au poste de pilotage gauche et ma tite Madeleine à droite. Comme en voiture, en somme.
Seulement voilà, la météo n'est pas terrible (on a déjà reporté l'expédition 2 fois) : ciel tout très gris.... Vraiment très...
Décollage quand même... J'adoooore !

Jean vole bas. On n'est pas très beaucoup au-dessus des arbres. Je me sens en paix totale.
Mais pas lui ! Il dit que si ça continue il va faire demi-tour. "Ben nan" me dis-je, inconsciente que mon bien-être n'est pas franchement en concordance avec la sécurité de vol.

Nous survolons l'autoroute où s'embouteillent les Parigots qui espèrent atteindre Deauville en 5 heures (il en faut à peine 2 si ça roule bien). On rigole.

Finalement, le soleil pointe son nez et le  Coucou trace le ciel .
Nous survolons la Sologne (chemin des écoliers) et Jean a la gentillesse de me prévenir chaque fois qu'il va pencher l'appareil pour me faire admirer les superbes propriétés qu'on ne voit pas de la route.
Tout baigne ! Je suis aux anges (enfin.. pas très loin, géographiquement).

Mais il m'énerve le bonhomme! Il n'arrête pas de gigoter. "Regarde devant toi" lui dis-je en pensée meurtrière.
Mad' aussi se trémousse et se régale de ce qu'il y a en-dessous. Normal... Elle aussi est passagère. "Jean, fous-moi la paix et fais attention à ce que tu fais" m'énerve-je intérieurement.

Sauf que d'une c'est maintenant Mad' qui pilote et que de deux, on n'est pas sur une route. J'ai pas tout bien compris la différence.
Grosso modo, j'apprécie le voyage même si Jean a un peu raté l'atterrissage et que ma copine l'a un peu engueulé. Claire et moi avons rigolé : ça n'était pas si grave....


Comme il courtise Madeleine sans succès depuis un bout, il ne sait que faire pour l'embobiner et ce gentil Monsieur nous offre une dégustation d'huîtres sublimes dans la guinguette de l'aérodrome de Granville. Petit tour digestif sur la plage et retour case départ.

Et là, et là....
Jean se remet à son poste avec Claire comme co-pilote. Très moyennement rassurée, déjà Bigbec...
Ma pauvre copine a le bonheur (hem hem)  de prendre place à l'arrière avec moi..

Monsieur le pilote de chasse-Madeleine nous annonce une belle surprise.


Oh la la !!! Magnifique ! On pourrait toucher Le St-Michel d'or !

Mais en 1/4 de seconde, mon trouillomètre s'agite à fond les manettes : 1) C'est Claire fraîchement brevetée qui "conduit". 2) Jean nous ordonne de regarder bien tout autour parce que d'après les infos de la radio aérienne, ça circule pas mal dans le coin.
Il faut savoir que l'autorisation de voler au-dessus de cette merveille n'est que de 3mn. J'ai cru y avoir passé 1/2H.
Cétait tout de même fantastique. Partagée entre la peur et le bonheur... C'est ça qu'on appelle la montée d'adrénaline ?

Voyage de retour à me cramponner à Madeleine. Super ciel bleu avec mignons petits nuages bien blancs.
Sauf que chaque nuage aspire l'avionneau et que le coeur descend dans les boyaux pour remonter au peu de cerveau qu'il nous reste.

Et qu'en plus le commandant de bord ricane : "on est à 5000 pieds, s'il y a un problème, on a le temps de réagir". Mentalement, je fais un adieu déchirant à ma famille et bricole un vague souvenir de prière..
Tout n'est pas perdu : les huîtres sont restées bien accrochées au fond de mon estomac : je suis Normande, je n'aime pas le gâchis.
(Mad' a trinqué ! Mais elle n'avait pas trop de bleus quand nous nous sommes revues le Lundi).

Le survol des Andelys : un régal visuel avant l'arrivée à Pontoise.

Tite récompense : Jean m'a félicitée pour bonne conduite à bord durant ce long baptême de l'air. S'il avait pu lire dans mes pensées, le pauvre !

Je n'ai pas avoué que j'avais eu ce genre d'expérience au-dessus des gorges de l'Ardèche 20 ans plus tôt et que je m'étais juré de ne jamais recommencer ! Je massacre trop mon/ma voisin(e) de Coucouting !

Et pi veux pas devenir "brindezingue"....







Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de bigbec80
  • : Nature, Découvertes en France, Rencontres, Humour, Humeurs,
  • Contact

Texte Libre

Restaurant L'Étape

Entre Yvetot et Fécamp

 le restaurant ""L'Étape" à Beuzeville-la-Grenier, où

Cédric COTTIN propose

un menu raffiné et  fort joliment présenté à un prix incroyablement "appétissant"

Décor : 3 petites salles différentes et ravissantes et accueil très sympathique

Recherche

Archives

Pages